On est en 2017 et non plus en 1954 et pourtant”Au jour d’aujourd’hui, je suis SDF, je vis dans ma voiture, c’est comme à la maison” Ces phrases prononcées par Ana une retraitée de 62 ans nous glacent le sang avec les températures sibériennes que nous connaissons en ce moment. Son histoire est dramatique: son appartement a brûlé et elle attend une quatrième intervention en cardiologie. Ana tourne avec sa voiture a proximité du commissariat ou des caméras de surveillance afin que “personne ne m’attaque”. “J’ai du mal à me chauffer il va faire -7° cette nuit“… Tout est dit et c’est dramatique…


Drancy. Ana, 62 ans, dort dans sa voiture par -7°Cpar leparisien

La crise touche tout le monde et les seniors ne sont pas épargnés. D’ailleurs, il existe de véritables disparités chez les seniors et certains, quoi qu’en croit la plupart des gens, ont du mal à finir le mois. 24% des personnes surendettées sont des seniors ! Cette fameuse fin de mois qui dure sept jours par semaine comme le chantait Léo Ferré.

Un chiffre qui fait froid dans le dos en cette période hivernale:  2% des sans domicile fixe ont plus de 65 ans !

On évalue à plus d’un million le nombre de personnes âgées qui, en 2018, seront en dessous du seuil de pauvreté. De plus en plus, de sans abri sont soit des travailleurs pauvres soit des personnes âgées et leur nombre est en forte expansion.

Déjà nous entendons les remarques “on accueille dignement les migrants et on laisse mourir de faim nos compatriotes” sans opposer les humains, ne pourrait-on pas juste procurer déjà à tous ceux qui le demande un hébergement digne et chaud ?