1 million de retraités espagnols partent chaque année en vacances grâce aux 30% du coût total pris en charge par l’Etat. Et tout est compris:  hôtel, transport, pension complète;  15 jours de congés ne reviennent qu’à 356€ par retraité. Cette mesure unique en Europe permet de conserver 92 000 emplois hors saison soit 20% des emplois du secteur touristique. Monsieur  le ministre du tourisme, pourquoi ne pas mettre en place dans notre pays cette  initiative  révolutionnaire?

L’Espagne compte 11 millions de retraités et 1 retraité sur 10 bénéficie de vacances moins chères grâce aux aides de l’Etat. C’est comme si en France 2 millions de retraités partiraient en congés aux frais de la nation.

Bien sur, c’est un coup de pouce énorme pour les seniors mais c’est surtout une aide indirecte pour le tourisme espagnol. Plutôt que de mettre les employés du tourisme au chômage, il vaut mieux les faire travailler et subventionner les clients. C’est révolutionnaire comme approche ! 

Et que l’on ne nous dise pas que c’est trop cher, l’Espagne présente un déficit de 5,7% du PIB. C’est une question de choix politique : vaut-il mieux subventionner des emplois ou les indemniser par les allocations chômage?

Il faut s’inspirer de tous les exemples et mettre en place des vacances payées en partie par l’Etat permettrait de redonner du pouvoir d’achat aux retraités qui en ont vraiment besoin.

Qu’en pensez-vous Monsieur le Ministre Mathias Fekl?