Pierre Desproges disait “Il est de fait que les vieux cons, comme vous dites, sont d’anciens jeunes cons restés fidèles aux mêmes valeurs sacrées de la condition humaine” et pourtant une étude scientifique très sérieuse de l’Université de l’Ohio vient d’arriver à une conclusion étonnante mais dérangeante : cela fait du bien aux seniors de voir les plus jeunes en difficulté ! Lire ou voir à la télévision des informations négatives sur les jeunes boosterait  même le moral des anciens ! Enquêtons sur ce conflit de générations :

La majorité des seniors portent un jugement négatif sur les jeunes. En effet, ils les trouvent individualistes, insolents, malpolis et paresseux. N’en jetez plus, la coupe est pleine. D’ailleurs 83% des seniors pensent que les jeunes d’aujourd’hui sont différents de ceux qu’ils étaient hier !

Mais de là, à se réjouir des malheurs de la jeunesse, il n’y a qu’un pas que certains seniors, selon les scientifiques américains, franchissent allègrement.

En effet, près de 300 seniors se sont livrés à une expérience encadrée par les scientifiques américains. Elle consistait à consulter une série d’articles de presse traitant de divers sujets de société et dire ceux qui les intéressaient en priorité. Les retraités ont majoritairement choisis des articles qui renvoyaient une image négative de la jeunesse. Ensuite, les participants devaient remplir un questionnaire portant sur leur degré de bien-être.  Et là, les résultats démontrent le cynisme des aînés ! En effet, plus les seniors avaient lu des sujets connotés négativement sur la jeunesse, mieux ils se portaient après ! Plus ils lisaient des horreurs sur les jeunes, meilleure était l’image qu’ils se renvoyaient d’eux-mêmes ! 

Les médecins expliquent ces résultats égoïstes et peu flatteurs pour les aînés par l’omniprésence de la jeunesse dans la société mais aussi par un manque évident de confiance en eux. Il est difficile de se positionner dans une société qui met en avant de nombreuses valeurs associées à la jeunesse. En outre, les chercheurs pensent que c’est aussi une nostalgie négative qui se met en place. Les seniors se rappellent avec envie les jeunes années de leur vie et comme ils se rendent que la roue tourne ils font payer cette situation aux plus jeunes !

Honoré de Balzac avait raison quand il écrivait dans la femme de trente ans “Les vieillards sont assez enclins à doter de leurs chagrins l’avenir des jeunes gens”….