r19“Y’a pire que moi” déclare Michel, retraité, dans un sourire. Pourtant cela fait 4 ans que ce monsieur de 66 ans vit (habite?) dans sa vieille R19 sur le parking d’un  supermarché de l’Essonne. Avec ses deux chiens, il passe ses journées dans sa voiture qui ne roule plus. Son premier geste du matin est de “mettre la voiture en route pour faire du chauffage”, mais cela lui coûte 60 litres de gasoil par semaine. Il faut savoir que Michel est un ancien chef d’entreprise du bâtiment et qu’il a été mis à la porte de son logement il y a quatre ans car il ne payait pas son loyer. Maintenant avec ses 580 euros de retraite, il survit mais philosophe il dit “il y aura des jours meilleurs”. Espérons le pour lui ! 

La crise touche tout le monde et les seniors ne sont pas épargnés. D’ailleurs, il existe de véritables disparités chez les seniors et certains, quoi qu’en croit la plupart des gens, ont du mal à finir le mois. 24% des personnes surendettées sont des seniors ! Cette fameuse fin de mois qui dure sept jours par semaine comme le chantait Léo Ferré.

Un chiffre qui fait froid dans le dos en cette période hivernale:  2% des sans domicile fixe ont plus de 65 ans !

On évalue à plus d’un million le nombre de personnes âgées qui, en 2018, seront en dessous du seuil de pauvreté. De plus en plus, de sans abri sont soit des travailleurs pauvres soit des personnes âgées et leur nombre est en forte expansion.

Déjà nous entendons les remarques “on accueille dignement les migrants et on laisse mourir de faim nos compatriotes” sans opposer les humains, ne pourrait-on pas juste procurer déjà à tous ceux qui le demande un hébergement digne et chaud ?