nonLes espoirs des retraités ont été douchés vendredi par Madame la Ministre des Affaires Sociales lors d’une conférence de presse. “Compte tenu du faible niveau de l’inflation” les pensions de base ne  seront pas revalorisées au 1er octobre 2016. Mais attention, selon Madame Touraine “Il n’y a pas de gel des pensions” “Parler de gel voudrait dire qu’il y a une décision politique. Nous appliquons les règles de revalorisation.” Il faudra que Madame la Ministre nous explique la différence entre o% d’augmentation des retraites et le gel des pensions. Pour les millions de retraités, c’est la même chose, les retraites stagnent alors que tout augmente. Si le gouvernement multiplie les gestes en faveur de différentes catégories pourquoi n’a-t-il pas aussi accordé un “coup de pouce” aux retraités? Sommes nous dans une situation si confortable? 

Il faut savoir que les retraites sont revalorisées en fonction de l’inflation. Un nouveau calcul s’applique à partir d’octobre 2016: il est basé sur l’inflation constatée d’août 2015 à juillet 2016 et non plus sur des prévisions d’inflation. Comme l’inflation est en baisse, alors les retraites sont gelées. C’est clair comme de l’eau de roche mais ce n’est pas normal! Non on ne peut l’accepter pourtant avec ce nouveau gel des retraites, la situation devient alarmante pour les retraités qui vont voir par contre leurs charges courantes s’envoler. Il faut arrêter avec ce prétexte de l’inflation nulle en 2016. Tout augmente, nous le voyons bien tous les jours… A ce rythme là, les retraités augmenteront en 2034 !

La décision du gel des retraites, non de la non revalorisation des retraites, va impacter des millions de retraités: salariés, fonctionnaires, régimes spéciaux, artisans, commerçants, chefs d’entreprise, professions libérales. Toutes ces catégories vont aussi voir leur pension stagner.

Nous voudrions bien savoir ce qu’ont donc bien pu faire les 16 millions de retraités pour être traité de la sorte? Pourtant nous ne cassons rien, nous ne manifestons pas, nous n’exprimons pas notre mécontentement de façon violente. Non, nous sommes juste résignés.

Résignés à voir notre pouvoir d’achat baisser en raison de la hausse de la CSG, de la suppression de la demi-part des veuves, de la taxe de 0,3%, de la fiscalisation des familles nombreuses et du gel de nos retraites pendant au moins 48 mois ! Même le minimum vieillesse n’a pas été revalorisé en avril 2016.

Retraité pauvre, retraité médian, retraité riche, tous dans le même bateau au pain sec et à l’eau !

La faible inflation risque de perdurer des années, c’est pour cela que le gouvernement doit mettre à l’étude une nouvelle forme d’indexation. Cette fois-ci non pas basée sur l’inflation mais sur la hausse des salaires. Pour information, les salaires ont augmenté en 2015 de près de 2%. Pour 2016, les prévisions de hausse des salaires sont de l’ordre de 2,6%. Si les retraites augmentent à ce rythme là, ce serait une bonne nouvelle!

C’est facile de s’attaquer aux retraités car ils n’ont pas de moyens de se faire entendre. Ils ne sont pas représentés ni écoutés ni compris par les élus. Les politiques courtisent les seniors juste avant les élections puis les retraités sont oubliés…

Mais nous, nous n’oublions pas tous les coups de pouce faits par le gouvernement: une prime pour les instituteurs et les professeurs , un geste fort en faveur des jeunes, une revalorisation du point d’indice des fonctionnaires, une aide aux agriculteurs, des primes pour les entreprises, voici les cadeaux souvent justifiés accordés à certaines catégories de la population.

Encore une fois, les retraités sont les grands oubliés des décisions politiques. Pour l’instant, rien, pas un centime n’est prévu pour aider les retraités français. C’est injuste, en période de redistribution, les 15 millions de retraités ne peuvent les grands perdants! Et tant pis, si c’est un geste électoral, les retraités en ont grand besoin !

Alors, oui, nous n’avons pas le choix, nous devons nous faire entendre car les retraités se paupérisent de plus en plus…