Les mesures des gouvernements successifs ont conduit certains seniors à des situations ubuesques : chômeurs seniors en fin de droit, recherche désespérée de trimestres …Nous avons décidé de faire le point et d’essayer de mieux comprendre ces cas souvent dramatiques.

1. Le décret qui doit entrer en vigueur le 1 Novembre :

Seuls les trimestres cotisés compteront pour pouvoir partir plus tôt et non pas les trimestres validés ! Ainsi si vous voulez partir à la retraite à 60 ans, si vous avez commencé à travailler à 18 ans, les trimestres validés ne servent à rien !

Et c’est souvent le parcours du combattant pour acquérir ces fameux trimestres cotisés, qui plus est en période de fort chômage. Nombreux sont les seniors qui acceptent n’importe quel boulot, si ils ont la chance d’en trouver un pour avoir ces fameux trimestres.

Certains seniors se mettent en arrêt-maladie afin de prolonger l’allocation chômage, voilà à quoi certains en sont réduits : à frauder !

Autre info importante :les  trimestres  passés au service militaire en période de guerre sont validés à condition d’avoir été avant l’incorporation salarié, sinon ils sont perdus !

2. La suppression de l’allocation équivalent retraite

Depuis janvier 2011, cette allocation a été tout bonnement supprimée pourtant elle avait des effets bénéfiques puisqu’elle permettait de faire le lien entre le chômage et la retraite mais uniquement pour  les chômeurs de moins de 60 ans qui avaient toutes leurs annuités.

Comme nous l’avons vu précédemment, l’âge de la retraité a reculé alors certaines personnes sont poussées dans une grande précarité car l’Allocation transitoire de solidarité qui devait remplacer l’AER ne concerne pas près de 30 000 personnes exclues de tout dispositif !

Un million de seniors sont encore inscrits à Pôle Emploi, un chiffre qui a augmenté de 14% en un an !