Aujourd’hui on parle beaucoup d’une nouvelle réforme des retraites et un effort sera demandé à tous et les retraités ne seront pas épargnés ! Déjà les retraités doivent s’acquitter d’une taxe de 0,3% et les retraites seront revalorisées  le 1er octobre 2014 et non pas le 1er Avril 2014! C’est cela l’équité ? La France compte en 2012 13,2 millions de retraités soit 20% de la population et le montant moyen des pensions au régime général est de 1040€ par mois. On est loin de l’image de nantis que certains veulent véhiculer ! Découvrons  les autres chiffres que l’on nous cache  :

 Dans notre pays, 55% des retraités sont des femmes et si l’on prend en compte les 13 millions de retraités, et l’âge moyen est de 72 ans. En gros pour une femme, la retraite signifie deux fois moins d’argent et deux fois plus de mari !

Si vous êtes une femme, le montant moyen est de 957€ alors qu’il est de 1106€ pour un homme. Certains disent que les pensions de retraite ont augmenté, certes mais de 25€ par mois par rapport à 2011 mais cela compense juste l’inflation. 4% pour une génération c’est peu !

Et puis il faut prendre aussi en compte les disparités du montant des retraites en fonction des régimes:

les fonctionnaires ont une retraite moyenne de 2127€

-les professions libérales juste un peu moins de 2000€

-les régimes spéciaux (SNCF, RATP…) 1749€

-les militaires 1650€

Voilà des chiffres réconfortants car en 5 ans les retraites ont progressé de près de 5%. Mais les chiffres que nous allons vous donner maintenant font peur, jugez vous-mêmes :

-les artisans ont une retraite moyenne de 630€

-les commerçants 543€

-les agriculteurs 582€

C’est scandaleux et inimaginable, cette telle disparité ! Mais qui en parle !

Et dire que certains veulent plafonner les pensions, ou désindexer les retraites de l’inflation car souvent les retraités ont remboursé leurs prêts immobiliers ou n’ont plus d’enfants à charge.  Fadaise, comment voulez-vous vivre avec 1000€ par mois, en précisant aux mauvaises langues, que les retraités ont travaillé et cotisé toute leur vie ! Pour mémoire, il y a encore 422 000 personnes qui bénéficient du minimum vieillesse qui se monte à 777€ !

7% des retraités occupent encore un emploi, ce qui correspond à plus de 600 000 personnes en âge de la retraite et qui travaillent encore ! En 7 ans, ce nombre a doublé ! Si 40% des personnes travaillent encore pour différentes raisons ( pas envie de rester à la maison, travail très intéressant) près de 55% on fait ce choix pour des raisons financières. La retraite ne suffit plus pour vivre ! Prenez l’exemple des médecins: près de 35% des médecins à l’âge de la retraite continuent d’exercer et ce chiffre augmente de 10% tous les ans ! 

D’autre part, si aucune réforme ne se met en place, le déficit du régime des retraites se montera à 25 milliards par an! C’est le budget annuel d’un ministère ! C’est colossal et les retraités imaginent  qu’un jour les pensions ne soient plus versées. C’est la principale inquiétude et elle est légitime tant les déficits sont abyssaux.

Il y a trois moyens pour résoudre les déficits chroniques: soit les cotisations augmentent mais en période de crise c’est difficile, soit les pensions sont gelées mais il ne faut pas oublier qu’une taxe de 0.3% va entrer en vigueur et les retraités, comme nous l’avons vu plus haut ne sont pas des nantis, enfin il reste une dernière solution: augmenter la durée d’activité et passer la retraite à 62 ans puis à 65 ans. Les experts penchent aussi sur un allongement de la durée des cotisations, aujourd’hui elles sont à 41,5 ans pour avoir une retraite pleine. Un des projets à l’étude est de passer à 44 années pour ceux qui ont commencé à travailler dans les années 1990.

Les retraités sont pessimistes, car ils connaissent bien les chiffres. Ils sont déjà mis à contribution par ces nouvelles taxes et savent bien que sans une modification importante du régime, les retraites vont à la catastrophe. Mais surement, les retraités ne seront pas épargnés,  faisons le point sur les deux menaces qui pèsent sur nos épaules et sur les derniers projets du gouvernement : 

1. l’alignement de la CSG des retraités sur celle des actifs entraînerait de facto une hausse de 0,9% ( on passerait de 6,6% à 7,5%) ce qui correspondrait à une hausse d’environ 150€ par an !

2. Une autre piste est à l’étude : désindexer les retraites, c’est à dire ne pas tenir compte de l’inflation. Si la désindexation est totale, la perte sera d’environ 250€ par an mais si la désindexation n’est que partielle c’est à dire une revalorisation des retraites d’un point de moins que l’inflation, les retraites perdront en l’occurrence environ 140€.

Dans tous les cas, les retraités vont payer ! 

Ils se souviennent qu’en 1945, l’espérance de vie après la retraite était de douze mois alors que maintenant elle est de 27 ans en moyenne. L’espérance de vie augmente chaque année de 60 jours et c’est tant mieux mais on ne va pas demander aux retraités de baisser leurs pensions, ce serait intolérable et injuste et on ne peut leur demander de retourner travailler même si 600 000 retraités cumulent déjà retraite et emploi. C’est un choix de vie et de société qui se joue en ce moment. Les médecins ont vu leur retraite baisser, et oui de près de 6% et d’autres régimes menacent de faire de même ! Mobilisons nous avant qu’il ne soit trop tard. Les retraités,comme ils ne manifestent pas,  ne peuvent être les variables d’ajustement de réformes trop longtemps repoussées. La procrastination des dirigeants est flagrante pour prendre des mesures impopulaires, certes, mais nécessaires pour assurer le financement des retraites. Prenons l’exemple de la Grèce où les retraites ont baissé de près de 18%, ce qui correspond dans notre pays pour une pension moyenne d’une perte de près de 190€ par mois ! C’est ce que nous voulons pour notre pays ?

Ne nous voilons pas la face, les chiffres sont précis et sans équivoque: la part des ressources consacrée aux retraites est de 9% du PIB et dans 20 ans elle doublera ! La situation est dramatique, anxiogène pour les seniors alors ne battons plus en retraite ces questions fondamentales ! D’ailleurs 48% des jeunes de moins de 25 ans pensent qu’ils travailleront au minimum jusqu’à 70 ans et seulement 24% sont confiants dans notre système ! Si même les plus jeunes doutent !