Faut-il sanctionner les clients des prostituées? C’est le débat qui agite les senateurs depuis hier.  Mais ce que les politiques ignorent, c’est que rien qu’à Paris, on compterait 270 prostituées qui ont entre 60 et 80 ans. Comment tolérer dans notre pays que des femmes  ou des hommes âgés continuent encore de “tapiner” ? Enquête sur une situation dramatique.

La prostitution à 70 ans, voilà un sujet qui n’est pas très vendeur mais qui néanmoins est une réalité. Se prostituer n’est pas un acte facile, et les circonstances de la vie ont fait que c’est pour la plupart d’entre elles, une obligation. En effet, il n’existe pas de retraite pour les prostituées car elles n’ont jamais cotisé. D’autre part, ces femmes se retrouvent à cet âge sans rien, sans ressources, uniquement avec le RSA ou les minimums vieillesse.

Ce qui est encore plus dramatique, c’est que ces personnes ont  travaillé  toute leur vie, mais leurs souteneurs leur ont tout pris. Épargner ou ouvrir un livret A  ces mots étaient inconnus. En plus, les services fiscaux n’ont jamais été tendres avec les prostituées et il n’est pas rare que des redressements fiscaux de dizaines de milliers d’euros leur soient notifiés.

Plus d’économies, elles ont été mises à la porte de leur logement car les maquereaux les ont remplacé par des plus jeunes. En outre, avant les souteneurs étaient les maris ou les compagnons, maintenant il n’est pas rare que les prostituées seniors soient exploitées par leurs enfants ! On est vraiment dans le glauque et l’infâme.

De nos jours, les femmes âgées font fantasmer nombre de jeunes et ces prostituées ont de nombreux clients pour qui la gérontophilie est un fantasme. Ce ne sont pas des cougars, mais en se maquillant, elles donnent le change. Néanmoins, ce métier étant basé sur l’apparence, les clients qui les fréquentent sont souvent ceux dont personne ne veut.

Se prostituer à cet âge est souvent un acte désespéré, elles se moquent des maladies et tombent dans une forme de déchéance où l’alcool et les médicaments forment un cocktail explosif. Mais il faut bien tenir le coup et affronter le froid et la honte.

Nous avons parlé des prostituées seniors mais il en est de même concernant la prostitution masculine. Des hommes de 80 ans qui continuent de tapiner ce n’est pas rare. 40 ans de trottoir c’est intolérable.

En plus, les prostituées âgées se retrouvent dans des endroits et dans des lieux les plus dangereux, les moins porteurs, les plus difficiles car les jeunes les poussent vers la sortie.

Il est intéressant de noter qu’au Mexique, et plus précisément dans la capitale, une maison d’accueil pour les anciennes prostituées a vu le jour. En échange de divers travaux, comme la couture ou la broderie, ces femmes recevront le gîte et le couvert. Pourquoi ne pas s’en inspirer ?

Déjà que notre pays fait preuve d’énormément d’hypocrisie en matière de prostitution,  l’Etat ne s’occupe absolument pas de ces prostituées seniors. La prostitution est tolérée en France à l’exception des personnes vulnérables comme les handicapés ou les femmes enceintes. Ne pourrait-on pas considérer les prostitué(e)s seniors et âgées comme des personnes vulnérables ?

Qu’en pensez-vous ?