Prochainement une négociation conventionnelle sur l’encadrement des dépassements doit se dérouler avec les syndicats médicaux.

Les dépassements d’honoraires ont considérablement augmentés ces dernières années et sont de plus en plus conséquents, aussi bien au niveau de la médecine de ville que dans le cadre d’un exercice privé à l’hôpital.

Certaines régions sont plus concernées, notamment Paris et sa périphérie ainsi que certaines grandes villes.

Les patients acceptent de moins en moins ces « dérives » et cela entraine quelquefois un avis défavorable sur la profession médicale en général bien que ces dépassements soient minoritaires (un cas sur quatre environ).

Le Conseil National de l’Ordre des Médecins a toujours recommandé que les tarifs soient déterminés avec tact et mesure en tenant compte de la difficulté de l’acte, de la notoriété et de l’expérience du praticien ainsi que des capacités financières du malade.

 

Si l’échec des négociations conventionnelles intervenait, le gouvernement s’est engagé à ce que la voie législative soit utilisée pour encadrer ces dépassements qui concernent essentiellement certaines spécialités.
Il faut avoir en mémoire qu’en 2011 ils ont couté 2,4 milliards d’euros aux patients et aux assurances complémentaires dont 2,1 milliards à la demande des médecins spécialistes.