Énorme, scandaleux, irréel! Savez-vous que la dette sociale de la France s’élève a plus de 162 milliards d’euros dont 23 milliards rien que pour les retraites? Depuis 1996, c’est donc la caisse d’amortissement de la dette sociale (le CADES) qui est chargé de trouver de l’argent pour financer les retraites entre autres. Comment? Simplement en percevant nos impôts mais surtout en émettant des titres sur les marchés de capitaux! D’autre part, qui sait que les banques détiennent 44% de la dette sociale, que l’Asie représente 17% des détenteurs de notre dette sociale contre 8,1% pour les investisseurs du Moyen-Orient? Nous avons cru tomber de notre chaise quand nous avons appris que chaque année, la Sécurité Sociale transférait chaque année son déficit de 10 milliards d’euros à la CADES, et que cette dernière devait convaincre les investisseurs étrangers d’acheter de la dette sociale. L’ennemi c’est la finance, vraiment? Découvrez ces circuits financiers cachés et stupéfiants: 

On s’est tous un jour ou l’autre posé la question, mais comment pouvons nous tenir avec tous ces déficits? Déficit de la Sécu, des retraites, des hôpitaux, etc? Qui paie et comment ? En vérité, nous assistons impuissant et incrédule à un gigantesque Monopoly autour de nos retraites. Pas de problème de financement des retraites, cette année en déficit de 1,4 milliard d’euros puisque ce sont les impôts et les investisseurs de l’étranger qui paient! Mais de quelle manière?

C’est incroyable d’apprendre que ce sont des fonds de pension, des banques, des assurances qui financent nos retraites. Ou plutôt le déficit de nos retraites. Rassurez vous ce sont les épargnants français à hauteur de 33% qui financent la dette. Mais il y a aussi 20% d’anglais, 8% d’allemands, 17% d’Asiatiques et 8% d’investisseurs du Moyen-Orient qui possèdent de la dette sociale française ! 

Outre ces obligations, la fameuse caisse de la dette sociale reçoit une partie les impôts en provenance de la CRDS, de la CSG, et des divers prélèvements sociaux sur les revenus du capital. En 2014, la CADES  a reçu plus de 16 milliards d’euros rien que de nos impôts !

Depuis le 1er Décembre, la CADES  est heureuse d’annoncer la signature d’un protocole d’accord avec la Bank of China en vue d’une coopération active sur les marchés de capitaux. Maintenant, les Chinois vont pouvoir payer nos retraites! Bingo! Le directeur de la CADES, qui est, rappelons le, un organisme d’Etat, est fier de préciser “Nous sommes très heureux d’être en mesure de proposer désormais à nos investisseurs, à la recherche d’actifs sécurisés et liquides, des obligations en renminbi, une devise de référence de plus en plus utilisée pour les échanges commerciaux et financiers à l’échelle internationale” Qui peut imaginer que ce sont les Chinois qui vont maintenant financer les retraites?

Personne ne le sait et ce secret est édifiant, et pourtant la CADES est bien un organisme public administratif. Qui a dit le 22 janvier 2011, lors du célèbre discours du Bourget “Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance” Gagné, c’est François Hollande! Mais la finance, nous en avons besoin pour financer nos retraites! Et depuis 1996, date de la création de la caisse de la dette sociale, personne n’a remis son principe en cause et notamment d’aller chercher de l’argent chez des pays étrangers!

Mais rassurons nous en 2024, la CADES devrait disparaître, puisque selon les politiques, elle aura remboursé soit-disant toutes les dettes sociales ! Encore un organisme qui va perdurer, avec la situation de crise que nous connaissons jusqu’en 2200 au moins ! Et les investisseurs de pays étrangers vont pouvoir acheter tranquillement de la dette sociale, et in extenso financer nos retraites. Dormons tranquille, les Chinois, les Allemands, les Anglais, les Quataris, les Suisses trouvent notre système de retraite tellement performant qu’ils se font du beurre sur notre dos. Enfin, ils prennent néanmoins quelques risques en achetant de la dette sociale…

Ce qui est dramatique, outre la perte de souveraineté, c’est que personne n’est au courant de comment sont financés les déficits des retraites. Ce manque d’information est scandaleux. Se réjouir que des Chinois financent nos prestations sociales et donc nos retraites, est-ce vraiment une si bonne nouvelle?