La découverte est un plaisir aussi subtil et intéressant que la connaissance” C’est pourquoi, il nous semble intéressant de relater qu‘une tombe du troisième sexe a été découverte par des archéologues à Prague. Si le plus ancien homo-sapiens a 400 000 ans, le plus vieux gay aurait 5000 ans ! Comme quoi l’homosexualité n’est pas une invention du XXè siècle !
Nous connaissons tous Lucie, qui est notre ancêtre, mais peut-être ne connaissez vous pas Herstal, le premier homosexuel de notre ère !

Vous me direz, une fois que l’homme est en état de squelette, difficile  de lui faire dire ses préférences sexuelles ? Mais les archéologues ont réalisé l’impossible, connaitre juste par la façon dont le corps est enterré son orientation sexuelle. A l’époque de l’invention de la céramique, c’est à dire à la fin du néolithique, les hommes et les femmes n’étaient pas enterrés de la même façon, ou plutôt les corps n’étaient pas disposés de la même manière.

Les femmes sont enterrées sur le côté gauche avec des outils qui rappellent la vie domestique. Par contre les hommes sont disposés sur le côté droit avec leurs attributs guerriers. Mais ce qui est intéressant  dans cette découverte c’est qu’un corps d’homme est disposé sur le côté gauche avec des emblèmes masculins mais aussi avec un pot qui servait à transporter l’eau, tâche réservée exclusivement aux femmes.

Comme il ne peut être question d’erreur lors des enterrements, car ils se déroulaient selon des rites très précis, alors les scientifiques en ont déduit de façon formelle, que ces ossements étaient soit ceux d’un homosexuel ou d’un travesti.

Mais, quand on voit toute la minutie pour enterrer ce corps,  les archéologues pensent que l’homosexualité à cette époque était aussi courante que l’hétérosexualité et qu’elle était reconnue et non pas combattue !