Selon l’étude annuelle de la DRESS, fin 2015,  554 400 personnes perçoivent l’allocation supplémentaire du minimum vieillesse (ASV) ou l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA). Elles sont à peine plus nombreuses qu’en 2014 (554 100). Donc 300 personnes supplémentaires bénéficient du minimum vieillesse en douze mois. C’est dramatique pour la cinquième puissance économique du monde de voir que la grande pauvreté des aînés augmente encore chaque année. On ne peut se contenter d’une quasi-stabilité du nombre de personnes qui touchent le minimum vieillesse. Le nouveau Président doit prendre ce problème à bras le corps et faire enfin reculer la pauvreté chez les anciens ! 

Si l’on étudie en détail, ce rapport, on peut voir que les perspectives ne sont guère réjouissantes ” À partir de fin 2017, une nouvelle génération complète pourra prétendre au minimum vieillesse chaque année et l’augmentation du nombre d’allocataires pourrait être plus marquée”

Certes en 1960, près de 2,5 millions de personnes étaient au minimum vieillesse et ce chiffre a été divisé par cinq en 60 ans mais depuis quelques années ce chiffre augmente dans l’indifférence générale. Rappelons le,  il est plus facile de sortir de la misère à 30 ans qu’à 88 ans. A cet âge, on ne peut compter que sur la solidarité nationale et l’Etat a pleinement son rôle à jouer.

Une autre disparité importante est à noter : Plus d’un titulaire des allocations du minimum vieillesse sur deux est une femme seule. Elles sont mêmes 89% à 90 ans. Les retraités les plus pauvres sont donc des femmes seules. En outre, une question se pose: comment à cet âge aller en maison de retraite en sachant qu’une place revient à environ 2000€ par mois?

Les personnes bénéficiant de l’Allocation supplémentaire vieillesse (ASV) et de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) sont en hausse de 0,4% en 1 an si nous prenons en compte uniquement la France métropolitaine. 554 400 ont le minimum vieillesse soit 3,3 % de la population de plus de 60 ans.

En France, selon l’INSEE, une personne est considérée comme pauvre si ses revenus mensuels sont inférieurs à 1.008 euros. Et comme le minimum vieillesse se monte à 803€ par mois depuis avril 2017, les personnes qui le touche sont de fait en situation de pauvreté.

En outre, et c’est ce qui est surement le plus scandaleux, le 1er avril le minimum vieillesse a augmenté de 0,28% autant dire une aumône. 

Lors de sa campagne, Emmanuel Macron a proposé d’augmenter le minimum vieillesse de 100€ par mois. C’est une excellente proposition, alors espérons que cette décision sera l’une des premières du quinquennat.

Les retraités pauvres ou les pauvres retraités doivent être écoutés et surtout entendus !