La maladie d’Alzheimer touche plus de 850 000 personnes en France et selon les scientifiques de l’Inserm, un lien aurait été établi entre l’obésité et la maladie d’Alzheimer. Cette expérience à base de souris, génétiquement modifiées pour les rendre obèses, démontre qu’elles sont sujettes à des pertes de mémoire et développeraient des pathologies proches de cette maladie dramatique pour la personne mais aussi pour les proches.

La maladie D’Alzheimer se définit par un dysfonctionnement du cerveau. Les chercheurs ont recensé deux anomalies dans le cerveau des victimes d’Alzheimer :

– la présence de plaques séniles dans le cortex cérébral qui sont aussi trouvées dans la trisomie 21.

-mais on retrouve aussi des agrégats de protéines Tau, qui perturbent le fonctionnement des neurones. La présence de cette protéine va de pair avec la fin de vie des cellules du cerveau.

Ce qui est intéressant dans cette étude, c’est que l‘obésité déjà responsable de certain diabète, d’hypertension et de difficultés respiratoires pourrait ainsi induire une hausse des plaque séniles et éventuellement une dégénérescence du cerveau causée par la trop forte présence de protéine Tau.

Donc se soigner pour l’obésité a des conséquences immédiates sur l’hypertension notamment mais c’est aussi une prévention pour la maladie d’Alzheimer.

La détérioration mentale a toujours existé mais ce n’est qu’en 1907 que le docteur Alois Alzheimer a réalisé les premières études scientifiques. Il décela pour la première fois, lors d’une autopsie d’une femme qui avait de fréquentes pertes de mémoire, une présence importante des plaques amyloides, des plaques séniles.

Il est à noter que les médecins prévoient qu’en 2020  plus de 2 millions de personnes seront touchés par la maladie d’Alzheimer.