La demi-part des veuves a été en partie supprimée en 2009. Mais c’était une double peine: à la perte de l’être cher s’ajoutait une hausse des impôts. La proposition est que toute personne veuve dont le revenu, y compris la pension de réversion, est inférieur à 2300 euros par mois, bénéficie d’une demi-part fiscale supplémentaire. Face à la grogne des retraités, le gouvernement s’interroge sur la pertinence du retour de cet avantage fiscal qui coûterait entre 300 millions et 1 milliard aux caisses de l’Etat. Après la hausse inique de la CSG pour les retraités, il est urgent de faire un geste fort pour les millions de seniors de notre pays ! Mobilisons nous pour que cette proposition devienne réalité !