rireTout ça pour ça, pourrait-on dire ! Le gouvernement prévoit de faire 50 milliards d’économies et le gel des retraites est l’une des rares mesures concrètes. Au début cette mesure devait rapporter 1,3 milliard d’euros puis en exonérant du gel des retraites toute pension inférieure à 1200€, les économies se montaient à 970 millions. Mais maintenant les dernières prévisions pour 2015 sont tombées, et voilà que le gain escompté n’est plus que de 530 millions ! Alors matraquer 8 millions de retraités pour cette somme, ce n’est ni digne ni juste !

L’inflation sera deux fois moins élevée que prévue en 2015 et donc le gel des retraites rapportera de fait moitié moins ! En effet, le montant des économies induites par le gel des retraites est calculé en fonction de ce qu’aurait coûté une revalorisation des pensions, basée chaque année sur l’inflation. Et comme l’inflation est basse, les recettes seront moindres ! 

Cette mesure inique et scandaleuse fond comme neige au soleil. 1,3 milliard de recettes prévues, puis 1 milliard, et enfin 500 millions …et encore…

Mais les faibles taux d’inflation ne sont pas une bonne nouvelle ni pour le gouvernement ni pour les retraités. Car revalorisation, si il y en a une en 2015, sera faible car basée sur le taux d’inflation de 2014. Donc les retraités de France peuvent s’attendre pendant quelques années à des revalorisations extrêmement faibles, proches de 0, pour le futur ! 

Le gel des pensions est bien parti pour durer et comme la revalorisation des petites pensions ne se fera vraisemblablement pas en octobre, encore une fois les retraités sont les cibles faciles des mesures d’économies. 

Ne peut-on pas trouver d’autres mesures d’économies pour mettre la main sur 500 millions ? Ces pensions ne sont pas des allocations, elles sont le fruit du travail et des cotisations payées pendant toute une vie. La retraite est un droit et les retraités des personnes qui consomment. Alors ne pas revaloriser les retraites correspond à une perte moyenne de 200€. Encore une fois, une somme qui n’ira pas dans l’économie réelle et qui ralentira de facto la croissance. Mais cela, les gouvernements ont du mal à la comprendre !