En ce moment, l’ennemi ce n’est plus la finance, ce sont les retraités! En 1993, les gouvernements avaient pris l’engagement solennel de garantir dans la durée le pouvoir d’achat des retraités. Mais en gelant les retraites jusqu’en octobre 2017, le gouvernement a brisé ce tabou. Cependant, la retraite peut être rose si vous êtes parlementaire! Découvrez notre enquête sur le régime des parlementaires tant décrié. Lisez notre enquête remplie de révélations: 

Attention, les chiffres sont effarants: pour 1€ de retraite cotisé, un parlementaire en touche 6,1€ à la retraite. Pour les citoyens lambda, vous cotisez 1€, vous aurez 1,5€ à la retraite pour un salarié et environ 2€ si vous êtes fonctionnaire. Cherchez l’erreur ! 

1129€ de retraite, voilà une somme que bien des retraités français aimeraient avoir comme pension. Si dans la vraie vie, il faut travailler pendant plus de 40 ans pour atteindre ce montant, et bien les parlementaires atteignent cette somme au bout de…seulement 5 années de cotisation! Comment voulez vous que les retraités acceptent des sacrifices quand les hommes politiques passent au travers des réformes?

La pension moyenne pour un député est actuellement, de 2 700 euros nets par mois. L’âge moyen auquel les députés font liquider leur pension est de 65 ans. Ce régime des parlementaires est ancien, il date du 23 décembre 1904 et il a été maintes fois amendé. Ainsi en 2010, enfin le régime des retraites a été aligné sur le régime général: retraite à 62 ans mais seulement à partir de 2016, fin du système de “double cotisation”, qui permettait d’atteindre une pension complète après seulement 22,5 ans de mandat en échange de cotisations plus élevées, cotisations demandées de 31 ans.

Cette fameuse double cotisation qui a fait couler beaucoup d’encre. Et c’est vrai qu’avant 2010, cela s’apparentait à un jackpot: les députés pouvaient cotiser doublement à leur caisse de retraite lors des trois premiers mandats puis 1,5 fois sur le suivant. Donc en cotisant 22,5 années seulement, les députés avaient une retraite complète. Ainsi en 20 ans de mandat, les pensions pouvaient se monter à 5950€ par mois! Cependant la réforme de 2010, a modifié la donne. Enfin un peu: les députés peuvent cotiser 1,5 fois sur les deux premiers mandats, 1,33 sur le suivant, puis 1,25 sur ceux d’après. Maintenant au bout de 5 ans de mandat, la retraite se monte à 1129€ contre 1500€ auparavant, soit une baisse de l’ordre de 31%. 

Mais ce qui est inégal c’est que la caisse de retraite des députés n’est financée qu’à 12 % par les cotisations des députés, le reste étant payé par l’Etat sur une subvention votée par les parlementaires! Les contribuables payent donc 52 millions pour la retraite des parlementaires chaque année. Sur 2700€ de retraite moyenne, nous en payons donc 2376€! 

Pour les sénateurs, les modalités de retraite ont aussi été modifiées en 2010 pour s’aligner sur le régime général. Cotisation 41,5 ans et 62 ans pour toucher les pensions. A la place du système des doubles cotisations, un autre principe celui là à points a été mis en place et il est très intéressant: au bout de 6 ans de mandat de sénateur, la pension est de 1932€ et douze ans au Sénat procure 3096€ ! Qui dit mieux? Pour information, la pension moyenne des sénateurs est de 4382€.

Bientôt ce sont les élections européennes et nos députés européens sont aussi bien lotis. Au bout de 5 ans de mandat, ils perçoivent une retraite de 1400€ et au bout de deux mandats 2500€. Mais ils ne pourront toucher leur pension qu’à 63 ans.

Certes, un mandat n’est pas une profession mais une fonction mais à l’heure où tant de retraités doivent se serrer la ceinture, il est regrettable que les parlementaires, même si leur régime a été profondément modifié, soient exonérés de l’effort collectif. Si nous ne voulons pas basculer dans le populisme et l’anti-parlementarisme, il nous semblait important d’évoquer la retraite des parlementaires de façon objective alors qu’elle fait l’objet de tant de fantasmes !