Nicolas Sparks écrivait “Alzheimer … C’est un mal qui vole les cœurs, les âmes et les souvenirs” et vous connaissez la phrase célèbre de Pierre Desproges “Moi, j’ai pas de cancer, j’en n’aurai jamais, je suis contre” ! La lecture de la revue Neurology met en valeur une étude italienne qui démontre que les patients atteints de la maladie D’Alzheimer présentent un risque diminué de 40% de développer un cancer mais aussi que les personnes qui ont eu un cancer dans leur vie ont un risque diminué de 35% de développer la maladie D’Alzheimer ! 

Selon une étude scientifique de l’Université de Milan qui porte sur plus de 20 000 cas, il semble que le cancer et la maladie d’Alzheimer soient incompatibles. Seulement 0,7% des patients avaient développé les deux maladies alors que les malades d’Alzheimer avaient un risque moindre de 43% de développer un cancer et les malades du cancer avaient un risque moindre de 36% de développer la maladie d’Alzheimer.

Les scientifiques et les chercheurs du monde entier sont en train de se pencher sur ces conclusions surprenantes et inattendues par les experts. Les premières explications peuvent venir du fait que lorsque l’on développe un cancer les cellules se multiplient alors que c’est exactement le contraire pour la maladie d’Alzheimer, les cellules sont massivement détruites. 

Cependant, plusieurs questions se posent : vit-on assez vieux après un cancer pour développer la maladie d’Alzheimer et d’autre part un médicament efficace dans le futur contre la maladie d’Alzheimer ne favorisera t-il pas le développement des cancers ? 

Pour conclure de façon un peu plus réjouissante, laissons le mot de la fin à Philippe Geluck “Ce qu’il y a de réconfortant dans le cancer, c’est que même un imbécile peut attraper une tumeur maligne”