sondageL’amendement N° AS413 au texte N° 4072 – APRÈS ART. 11 présenté hier par 60 députés suggère que les retraités dont la pension est inférieure à 1255€ mensuels ne paient pas de CSG. Cela concernerait 480 000 retraités avec un gain estimé de 45€par mois soit 540€ par an. Ce serait une bonne nouvelle. Mais il est nécessaire de rester prudent car n’oublions pas qu’en 2015,  570 000 retraités ont perdu le bénéfice du taux nul de CSG et 590 000 retraités ont perdu le bénéfice du taux réduit. Ce qui s’est traduit par  une augmentation de CSG de 30 à 50 € par mois, alors même que les revenus réels n’avaient pas augmenté. 

Ce qui va se passer aujourd’hui à l’assemblée nationale est très important pour des milliers de retraités. Avant pour bénéficier d’une CSG à taux nul, il fallait avoir un revenu inférieur à 1206€ par mois. L’amendement proposé permettrait de faire passer le montant des revenus à 1255€ pour ne plus s’acquitter de la CSG.

Cette mesure coûterait 260 millions d’euros et serait juste car 45€ d’impôt par mois en moins pour les retraités modestes ce n’est pas une paille.

Même si cette mesure de justice sociale passe, elle ne concernera que 480 000 retraités alors que selon les dires des députés, présentateurs de cet amendement, la hausse de la CSG depuis 2015 a concerné 1 160 000 seniors.

Donc et ces chiffres sont faciles à vérifier, 1 160 000 retraités ont vu leur CSG augmenter en 2015 (570 000 retraités ont perdu le bénéfice du taux 0 de CSG et 590 000 retraités ont perdu le bénéfice du taux réduit) 480 000 retraités pourront voir leur CSG baisser en 2016, cela fait donc 680 000 retraités qui vont être lésés. 

C’est toujours la théorie du verre à moitié plein ou à moitié vide. Pourquoi alors avoir augmenté en 2015, la CSG des retraités? Mais le plus simple aurait été d’augmenter TOUTES les retraites en 2016 au lieu de les geler….

Et puis entre nous, dire que l’on est ni un retraité modeste ni un petit retraité lorsque l’on a une pension qui dépasse juste 1256€ par mois c’est un peu être déconnecté des réalités, non?