Pour notre site Senior en Forme, Philippe Poutou, que vous avez sans doute découvert lors du débat présidentiel, détaille son projet en matière de retraite, du chômage des seniors, du minimum vieillesse, du coût des maisons de retraite. Philippe Poutou fait des propositions chocs” porter les pensions les plus basses au niveau du SMIC dont nous pensons qu’il devrait être de 1800 euros net” “En ce qui concerne les maisons de retraites nous pensons qu’il faut construire un véritable service public d’accueil des personnes âgées basés sur des maisons de retraites gérées par la Sécurité sociale” Découvrez l’interview exclusive de Philippe Poutou :

Philippe Poutou
Ouvrier, candidat anticapitaliste
2, rue Richard Lenoir
93 100 Montreuil
Montreuil, le 17/04/2017
Réponse à senior en forme

Bonjour,
Nos principales propositions sont centrées sur deux exigences immédiates :
porter les pensions les plus basses au niveau du SMIC dont nous pensons qu’il devrait être de 1800 euros net
– placer l’âge de départ à la retraite à taux plein, à 60 ans avec des départs anticipés pour tous les métiers pénibles.
Le coût de ces mesures peut être assumé en supprimant toutes les aides, tous les allègements de cotisations sociales accordés aux entreprises et plus globalement en prenant sur les dividendes versés aux actionnaires et en taxant fortement les fortunes engrangées par une poignée de possédants.

Au total, plutôt que des mesures très spécifiques en direction des retraitéEs, c’est l’amélioration des conditions de vie et de travail qui permettront aux retraitéEs de profiter pleinement de leur cessation d’activité professionnelle. La l’accès gratuit aux soins, la gratuité des transports, la baisse des loyers, l’accès à plus bas prix à la culture, aux loisirs sont autant de mesures qui applicables au plus grand nombre, rendront aussi la vie des retraitéEs plus en rapport avec ce dont peut disposer une société où les richesses existent mais sont mal partagées.

En ce qui concerne les maisons de retraites nous pensons qu’il faut construire un véritable service public d’accueil des personnes âgées basés sur des maisons de retraites gérées par la Sécurité sociale mais aussi prendre en compte les volontés de rester à son domicile en rendant les immeubles accessibles à toutes et tous et en développant, là aussi un service public d’aide à domicile qui n’impose aux familles et notamment aux femmes l’entièreté des contraintes
que cela suppose.

Philippe Poutou