“L’ivresse de la jeunesse est plus forte que l’ivresse du vin” Une étude très sérieuse Université de Caroline du Nord, démontre que la consommation de vin diminuerait de 40% le risque d’être touché par la maladie d’Alzheimer ! Mais attention, tout dépend de la quantité de vin bue chaque jour : à faible dose, c’est à dire jusqu’à deux verres par jour, c’est excellent sinon, si vous dépassez cette limite les risques sont deux fois supérieurs ! Les scientifiques expliquent la corrélation entre le vin et Alzheimer, de la façon suivante :

Rabelais écrivait “Jamais homme noble ne hait le bon vin ” ! Le vin, toujours à faible dose, c’est à dire jusqu’à deux verres par jour est considéré par les chercheurs comme un agent anti-oxydant, anti-diabétique ou même anti-cancéreux. Maintenant, certains  universitaires américains ont démontré les bienfaits de ce  breuvage  comme un remède préventif à la maladie d’Alzheimer.

En effet, le vin contient du resvératrol, qui est une molécule présente dans le raisin et de facto dans le vin rouge. Cette molécule est le fruit d’une réaction des raisins contre les champignons. Le resvératrol permet de maintenir plus longtemps les facultés cognitives en maintenant en vie certaines neurones qui empêchent l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Mais attention, cette molécule n’est présente que dans le vin rouge et non dans le vin  blanc et tout est question de dosage et de mesure ! En effet, si vous consommez plus de deux verres par jour,  le risque d’Alzheimer augmente en l’espèce de 100% ! Mais d’autres études scientifiques ont démontré qu’un verre de vin par jour augmenterait faiblement les risques de cancer ! Alors il n’y a pas de remède miracle, il est difficile de choisir entre la perte des facultés cognitives ou un cancer !

Il faut savoir qu’Alzheimer concerne  en France plus de 400 000 personnes, que l’âge moyen des patients atteints de cette maladie est de 82 ans, et qu’enfin les femmes sont plus touchées que les hommes ! Si l’on étudie les statistiques, il faut savoir que vous avez à 60 ans 2,8% de chances ou de malchance d’être atteint par cette maladie, mais à partir de 90 ans, cette probabilité monte à 15%.