Nombreux sont les seniors qui sont nés pendant la deuxième guerre mondiale: de 1939 à 1945 la France a enregistré 6 546 476 naissances. Et le 8 mai 1945, il y a 70 ans Charles de Gaulle prononçait ces vibrantes paroles”La guerre est gagnée. Voici la victoire. C’est la victoire de la France” Si vous êtes nés pendant la guerre, gardez-vous des souvenirs de l’armistice?

 

Nombreux sont nos lecteurs qui sont nés pendant la guerre. Mais revenons sur la démographie particulière de cette période douloureuse pour notre pays :

-Les années de guerre furent des années de privation, d’angoisse et de troubles. Dans ces conditions, il est logique que l’année 1941 connut le plus faible taux de natalité depuis 150 ans avec seulement 490 367 naissances. Pour avoir un élément de comparaison, 811 520 bébés sont nés en France en 2014.

Mais à partir de 1942 et plus précisément en 1943, les taux de natalité s’envolent et retrouvent un niveau supérieur à l’avant guerre. Comment expliquer ce phénomène? Une vie difficile a-t-elle favorisé de se replier sur le foyer à l’écart des drames et des circonstances douloureuses? La politique pro-famille et pro-naissance du régime de Vichy procurait aussi des avantages substantiels pour les parents de jeunes enfants.

Pour finir, comment oublier les paroles de Charles de Gaulle prononcées le 8 mai 1945 :

La guerre est gagnée. Voici la victoire. C’est la victoire de la France. Tandis que les rayons de la gloire vont, une fois de plus, resplendir au drapeau, la patrie porte sa pensée et son amour, d’abord, vers ceux qui sont morts pour elle, ensuite, vers ceux qui ont, pour son service, tant combattu et tant souffert. Pas un effort de ces soldats, de ces marins, de ces aviateurs, pas un acte de courage ou d’abnégation de ses fils et de ses filles, pas une souffrance de ces hommes et de ces femmes prisonniers, pas un deuil, pas un sacrifice, pas une larme n’auront donc été perdus. Honneur à notre peuple que des épreuves terribles n’ont pu réduire ni fléchir, Honneur aux Nations Unies qui ont mêlé leur sang à notre sang, leurs peines à nos peines, leur espérance à notre espérance et qui, aujourd’hui, triomphent avec nous. Ah, vive la France !”