Non les retraités ne doivent pas être les variables d’ajustement des finances publiques. Souvenez vous du bon temps où les retraités ne payaient pas de cotisations sociales au principe qu’ils en avaient déjà réglé toute leur vie professionnelle. Faire financer les prestations maladies et chômage par la CSG et donc par les retraités, qui ne peuvent en bénéficier, au lieu de les faire payer par les salariés qui en profitent, est une aberration intellectuelle. Les pensions de retraite qui sont le résultat des cotisations versées tout au long de la vie ne peuvent être baissées de façon arbitraire. Il faut se poser une question simple: faut-il baisser le pouvoir d’achat d’un retraité à 1300€ par mois pour augmenter celui d’un cadre qui a lui un salaire de 7000€ ? Est-ce normal ? Est-ce juste ?

Prétendre augmenter de 1,7% le pouvoir d’achat des actifs en prélevant 1,7% de pouvoir d’achat aux retraités est-ce une bonne façon de procéder? Cette décision n’a-t-elle pas pour but d’opposer les générations? 

En plus cette mesure n’est pas pertinente au niveau économique. Les retraités vont moins consommer et cette décision d’augmenter la CSG pour les retraités sans contrepartie ne relancera ni l’économie ni ne fera baisser le chômage.

Qui parle des prévisions des experts? Afin de financer le vieillissement de la population, il est prévu de baisser de 20% le niveau des retraites par rapport à celui des actifs…Voilà de bien sombres perspectives.

Mais certains oublient que les salariés d’aujourd’hui seront les retraités de demain…Alors à force de négliger le fait que les pensions de retraite sont un droit acquis, à force d’augmenter les tarifs des complémentaires santé, à force de prélever 5 milliards sur les retraités, les gouvernements successifs ne contribuent pas au rebond de l’économie mais paupérisent de plus en plus des millions de retraités. 

Les retraités sont des cibles faciles, ils ne manifestent pas, ne font pas de bruit, ne bloquent pas le pays et se résignent…en silence.