Aujourd’hui c’est le dernier jour de l’année. Le 1 Janvier est  un jour particulier qui oscille entre fête, bonnes résolutions et pour certains c’est aussi un jour comme les autres. Revenons un peu sur les traditions et sur quelques anecdotes qui ont émaillé le passage à la nouvelle année :

Saviez-vous que le premier Janvier n’a pas toujours été le premier jour de l’année ? En effet, nous célébrons la nouvelle année le 31 Décembre à Minuit uniquement depuis 1622 car le pape Grégoire XV voulait simplifier le calendrier et laisser du temps entre le début de l’année et les fêtes de Pâques. Mais c’est Jules César qui a instauré le premier le jour de l’An le premier Janvier, alors que Charlemagne avait décrété que le jour de l’An tomberait le 25 Décembre, le jour de Noel et Hugues Capet faisait de Pâques le premier jour de l’Année ! Suite à l’instauration du calendrier républicain en 1792, le 1er vendémiaire avait remplacé le 1 Janvier.  Enfin comme le disait Prévert “Si l’on avait commencé à compter les siècles depuis Eros ou Vénus, et bien on n’en serait pas là ! “

Cela fait donc 4 siècles que nous fêtons le jour de l’An à la bonne date mais les traditions persistent mais savez vous pourquoi nous nous embrassons sous le gui ou pourquoi le premier janvier est -il le jour des étrennes ? Plongeons nous ensemble dans les mystères du jour de l’An !

A minuit à l’heure précise, il est de bon ton de s’embrasser sous le gui et de se souhaiter une bonne année. Le gui est le symbole de la bonne santé et de la prospérité et il y a quelques siècles au lieu de se dire le traditionnel “bonne année, bonne santé” , on employait la formule “Au gui l’an neuf” ! 

Mais le premier Janvier est aussi le jour des étrennes que nous offrons aux petits enfants ou aux personnes qui nous ont rendu des services. Cette tradition païenne du nom de la déesse romaine Strésa était considérée comme diabolique par l’Eglise Catholique mais aussi comme corruptrice par les  révolutionnaires de 1789. Cependant en cette période de crise, les étrennes ne sont plus à la fête et les dons aux gardiens d’immeuble, aux femmes de ménage qui se montaient à plus de 50€ chaque année, ont vu se réduire en 2015 2525de plus de 25%. Et puis la tradition des calendriers s’estompent car beaucoup font leur cette citation d”Alphonse Allais “Je ne prendrai pas de calendrier cette année, car j’ai été très mécontent de celui de l’année dernière ! “

Auparavant, les étrennes étaient aussi verbales, on étrennait les voeux qui portaient chance et c’était surtout les plus pauvres ou les enfants qui devaient absolument les présenter en premier aux plus riches ou aux parents. Sinon, la malchance et la ruine allait les toucher. C’est pourquoi les mendiants se réunissaient pour souhaiter dès Minuit la belle année et les notables les attendaient pour ripailler !

Toutes ces traditions ont pris fin depuis longtemps et le Jour de l’An à part pour le passage à des moments symboliques comme l’an 2000 a perdu de sa superbe ! Le jour de l’An est férié depuis 1810 mais des millions de personnes travaillent néanmoins.

Une année qui finit, c’est une pierre jetée au fond de la citerne des âges et qui tombe avec des résonances d’adieu!