greece-queuesAujourd’hui le RSA augmente de 2% et c’est une bonne chose. En 5 ans le RSA pour une personne seule aura augmenté de 10,4% soit une hausse de 49,75€ par mois. En comparaison, le minimum vieillesse a augmenté de 23€ par mois soit 3% de hausse en 60 mois. Pourtant, les retraités modestes, eux aussi rencontrent d’énormes difficultés lors des fins de mois: 7,9% des retraités sont pauvres soit 1 078 000 retraités pauvres. En 1 an, la France a compté près de 39 000 retraités pauvres supplémentaires! Alors la hausse du minimum vieillesse, c’est maintenant ?La hausse du RSA est une promesse du gouvernement, mise en place dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Ainsi depuis 2012, le revenu minimum d’insertion aura augmenté pour une personne seule de 10,4% lors du quinquennat de François Hollande. Si dans notre pays, on ne peut que se réjouir de cet effort en faveur des plus modestes, force est de constater que le minimum vieillesse n’a pas suivi la même trajectoire:

  • En 2012, l’ASPA était de 777,16 € par mois et le 1 avril 2016, il a été augmenté à 800,8€ par mois, soit une hausse de 23,64€ en 5 ans ce qui fait 4€ par an soit 35 centimes par mois de hausse. 3,04% de hausse en 5 ans, c’est peu…c’est ridicule et dédaigneux… Un pays qui ne s’occupe pas de ses anciens est un pays qui …se meurt. 

Certes, le montant du minimum vieillesse est plus important de 276€ par mois que le RSA mais à 40 ans, on peut essayer de s’en sortir, trouver un boulot, une formation, changer de vie et ne pas dépendre uniquement de la solidarité. La problématique n’est pas la même à 85 ans, on ne va pas se mettre à fréquenter pôle emploi pour trouver un emploi…

Il fallait augmenter le RSA, mais il fallait aussi et dans le même pourcentage, augmenter le minimum vieillesse. C’est bien le minimum qu’un gouvernement puisse faire…

Les retraités se paupérisent…en silence, mais qui s’en soucie? Pour l’instant, nous n’avons entendu AUCUN candidat aux présidentielles se pencher sur cette délicate question. On préfère parler de marché du travail, sécurité, valeurs, hausse du pouvoir d’achat…et jamais des retraités comme si la situation était toute rose…

Une autre petite question pour finir, adressée à tous les politiques:  à quand la hausse des retraites ?