Pierre Dac disait “La mémoire c’est du souvenir en conserve“. Mais pourquoi certains perdent-ils, à partir d’un certain âge, plus souvent leurs clés ou plus ennuyeux encore la mémoire que les autres ? Non à 70 ans, tout n’est pas fichu…encore que, cela dépend…Une étude écossaise de l’Université d’Hériot a mis en avant les relations entre le métier exercé et l’ impact sur la mémoire et les fonctions cognitives. Pour garder la mémoire, il vaut mieux être architecte ou avocat que maçon ou chauffeur de taxi ! Entrons dans les méandres du cerveau :

Sur la base de 1100 cas étudiés, tous âgés de 70 ans au moins, les chercheurs ont démontré qu’en fonction de la profession, les vitesses de réaction ainsi que l’état de sa mémoire étaient différents à la retraite.

Les volontaires ont passé une série de tests complexes: mémoriser des phrases, résoudre des énigmes, plancher sur des problèmes mathématiques. Une fois les résultats obtenus, les médecins les ont comparés avec les professions exercées auparavant. Plus le travail était complexe, c’est à dire plus il nécessitait une capacité de synthèse, d’analyse, meilleure est la mémoire. CQFD!

Ainsi, à 70 ans, si vous avez été avocat, chirurgien, ingénieur, musicien, travailleur social, vous aurez une meilleure mémoire qu’un serveur, ouvrier, mécanicien ou chauffeur de taxi. Des environnements intellectuels stimulants lors de votre carrière professionnelle préservent plus longtemps vos capacités cognitives. En outre, si vous avez travaillé de nuit ou dans des horaires décalés, vos fonctions cognitives vont baisser à l’âge de la retraite. 

Bien sur cela n’est qu’une étude de plus sur la complexité du cerveau et il est difficile de généraliser, cependant et dans n’importe quel cas, méditons la superbe phrase de Sacha Guitry “J’ai soixante-dix ans, ce n’est tout de même pas mal pour un homme de mon age.”