A ce jour de passation des pouvoirs, les seniors vont se rappeler des anecdotes historiques :

Quelques mois après sa victoire de 1981, François Mitterrand, invité à dîner chez Jacques Séguéla, livrera un terrible aveu. “J’ai failli perdre la clé du code atomique.” Au cours de la passation, Giscard tend à Mitterrand la fameuse chaîne en or sur laquelle est inscrite la précieuse combinaison. Mitterrand la glisse dans sa poche. Ému. Distrait. Et il oublie presque immédiatement que son costume terminera chez le teinturier. “J’imaginai le pire, confiera Mitterrand lors de ce dîner de repentance, le code se perdant dans les méandres du nettoyage à sec. J’envoyai aussitôt un motard qui évita la catastrophe.” Trente minutes plus tard, il récupérait la force atomique et la mettait à son cou. In extremis.

En 1995, l’échange, aux allures de testament, a été décrit comme cordial, voire chaleureux entre Jacques Chirac et François Mitterrand. Mitterrand demande surtout au Corrézien de lui accorder une dernière faveur : prendre soin des petits colverts qu’il a installés dans le parc, et de leur prochaine couvée. “Surtout, ne les oubliez pas”, répète-t-il une dernière fois au pied du perron, avant de quitter définitivement le palais.

Et le 15 Mai 2012, à votre avis, que s’est-t-il réellement passé entre Nicolas Sarkozy et François Hollande ?