Elle a été tant attendue, vivement souhaité. Pourtant quand arrive enfin ce moment, il y a comme un vide. On se dit «Tiens me voilà vieux ou… presque vieux »

 

De manières un peu brutales parfois, il y a une prise de conscience d’une rupture…

 

Rupture avec un passé

Rupture avec un contexte de socialisation

Rupture avec une appartenance identitaire

Rupture avec une réalisation et une valorisation de soi.

 

Le Passage à la retraite est une transition qui n’est pas sans risque. Comme le disait Flaubert :

«Les époques de transitions sont ce qu’il y a de plus difficile à vivre et de moins glorieux. L’avenir nous tourmente et le passé nous retient ». La dépression guette parfois, des difficultés conjugales surviennent, ce qui devrait être un nouvel élan plein d’espoir devient une cause de désespoir. Petit à petit on se dit que le temps devient notre ennemi.

 

Un proverbe chinois dit ceci : « avant la fin ce n’est toujours pas la fin ».

En effet à présent il faut savoir faire du temps un allié, les capacités intellectuelles, la force mentale ne peut que s’enrichir. Le développement personnel n’a pas de limites et ne peut que contribuer à enrichir la vie de chaque jour. C’est en fait une nouvelle époque qui s’ouvre, une nouvelle voie de créativité, de potentiel. Le présent est un très joli cadeau en somme, il est fruité du passé.

 

Finalement en pensant avoir perdu, nous y avons gagné, gagner un manque qui est source de désir et donc l´espoir renouvelé d´un plaisir à venir. Non il n’y a pas d’isolement si je ne le souhaite pas. Prendre sa retraite ce n’est pas se retirer, comme je l’entends parfois, mais tout au contraire, c’est une reconversion, il s’agit de transformer l’énergie qui a été mise au service d’une vie de labeur, au service des autres domaines de la vie. Il s’agit en somme d’ouvrir les portes d’une plus grande liberté, d’une plus grande confiance en soi, afin de savourer la retraite avec sérénité, et être actif avec la communauté des séniors en forme. Alors une effusion de sentiments mêlés peut jaillir chez soi et autour de soi. Un rayonnement de bien être se diffuse, s’attarde, s’éternise et revient comme d’incessantes vagues.

Claude Mathis

(Conseiller Conjugal)

Site: http://conjugalite.free.fr