ohDepuis le 1er novembre, les locataires ne peuvent être expulsés de leur logement. Mais quinze jours avant la trêve hivernale, à Hirson dans l’Aisne, un monsieur de 85 ans a vu débarquer, à 8 heures du matin, les huissiers, des gendarmes et les déménageurs afin de lui signifier son congé du logement social. Avec ses maigres 600€ de retraite, l’octogénaire avait des loyers en retard mais il assure n’avoir jamais reçu d’arrêté d’expulsion. Il s’est retrouvé pieds nus, avec un vieux pyjama, une polaire sans manches, dans le camion de pompier afin de l’emmener à l’hôpital pour suivre des examens de routine. “J’avais jamais pensé qu’on pouvait emmener quelqu’un comme ça “se plaint-il. 

Le traumatisme qu’a subi cet habitant de l’Aisne est grand. Heureusement, les services sociaux se sont engagés à le reloger rapidement mais pour l’instant la situation est bloquée. Il est toujours à l’hôpital en attente d’une solution pérenne. 

Il faut savoir que le nombre d’expulsions locatives a augmenté de 24% selon les sources de la Fondation Abbé Pierre. 14 633 expulsions ont été effectives en 2015 contre 11 604 en 2014.

Le cas de ce monsieur n’est malheureusement pas isolé: en Suisse, un homme de 90 ans a été expulsé de son logement car…il nourrissait les pigeons !