Il n’est jamais trop tard pour bien faire: samedi, le Président François Hollande a naturalisé 27 tirailleurs sénégalais. Enfin, pourrait-on dire. Ces retraités âgés de 79 à 91 ans, ont attendu 60 ans pour que la France les reconnaissent comme des citoyens à part entière. La nation honore ces “Dogues noirs de l’Empire” comme les nommaient  Léopold Sédar Senghor. Le gouvernement a pris une excellente décision en déclarant que “l’ensemble des tirailleurs sénégalais vivant en France pourront bénéficier de la naturalisation“. Il faut savoir qu’ il y a seulement 900 tirailleurs sénégalais encore en vie. Il était temps…

Ces hommes valeureux ont souvent payé de leur vie afin de défendre la France. Mais notre pays ne les a jamais reconnu jusqu’à ce jour. Les fameux tirailleurs sénégalais ont été confrontés aux chicayas de l’administration: ils devaient donner les documents d’état-civil de leurs parents ou de leurs grands-parents. Mais dans leurs villages, l’état civil n’existait pas à l’époque. En outre, deux fois par an, ces héros devaient venir en France pour percevoir leur maigre pension.

Les tirailleurs sénégalais, dont le corps a été créé en 1857 par Louis Faidherbe, gouverneur du Sénégal sous Napoléon III,  ont massivement participé aux combats: 450 000 ont combattu pendant la première guerre mondiale, 150 000 en 39-45 et en Indochine 1 soldat sur 5 était un tirailleur sénégalais.

Ils ont toujours été considérés par l’administration comme des soldats à part: Leurs pensions ont été bloqués en 1959, ils percevaient moitié moins que les anciens combattants français et cette injustice n’a pris fin qu’en janvier 2007.

La naturalisation de tous les tirailleurs sénégalais qui en feront la demande n’est que justice. C’est néanmoins un peu tard, car les experts estiment à environ 900, le nombre de tirailleurs sénégalais encore en vie…