Selon l’association Les Morts de la Rue640 personnes sans abri sont décédées l’an dernier. Aujourd’hui, un hommage est rendu afin de ne pas les oublier. Il faut savoir que 20% de ces sans domicile fixe décédés ont plus de 65 ans, ce qui fait 126 sans abri âgés morts dans la rue en 2018. Triste chiffre, c’est un compte macabre qui démontre la situation dramatique de certains de nos anciens. Comment peut-on encore mourir dans la rue en France, cinquième puissance économique du monde? Qui plus est à 65 ans ?

Nous le répétons à chaque fois, oui il est plus difficile sinon impossible de sortir de la misère ou dans la rue à 70 ans! Oui il est plus facile de sortir de la précarité à 20 ans qu’à 80 ans. En effet, selon les chiffres de la Croix Rouge 2% des sans domicile fixe auraient plus de 65 ans soit plus de 2000 personnes âgées qui dorment dehors chaque nuit. Pouvons nous encore regarder ailleurs et ne pas leur tendre la main?

Il faut obliger les personnes à la rue, même s’ils ne le veulent pas à passer du temps dans les foyers d’accueil mais aussi il faut accepter les animaux dans les centres, car bien souvent les SDF ne veulent pas y aller car les chiens ne sont pas tolérés.

On évalue à plus d’un million et demi le nombre de personnes âgées qui, en 2019, sont en dessous du seuil de pauvreté. De plus en plus, de sans abri sont soit des travailleurs pauvres soit des personnes âgées et leur nombre est en forte expansion. 

Déjà nous entendons les remarques “on accueille dignement les migrants et on laisse mourir de faim nos compatriotes” sans opposer les humains, ne pourrait-on pas juste procurer déjà à tous ceux qui le demande un hébergement digne et chaud ? 

Car sans l’Etat, les associations comment sortir de la rue quand on a 75 ans ?